Un peu d'histoire

A  la fin du XVI° siècle, le château (gravure ci-contre) et le fief de Pommery appartiennent au Seigneur  de Sons.    

Cette famille était de religion catholique mais Marie de Barisis, veuve de François de Sons, avait adhéré à la Réforme.

Elle ouvre sa maison au culte réformé dès le 1er janvier 1641.

Cependant, les oppositions se déclarent et le culte doit cesser.

Il  reprend en 1643 et peut s’y  dérouler après la mort de Madame de Barisis jusqu’en 1650.

Le 20 octobre 1786, Pommery devient la  propriété d’une autre famille protestante, les Joly de Bammeville…

Les Joly étaient des gentilshommes huguenots  originaires du Poitou. L’un d’eux épousa une Damoiselle de Bammeville et prit ainsi le nom de cette Seigneurie Normande.

Au début du XVIII° siècle les Joly de Bammeville quittent donc  leur province où la répression est devenue insupportable depuis la révocation de L’Edit de Nantes.

Ce n’est qu’ à la fin du siècle que Pierre et son fils Samuel font l’acquisition de Pommery.

Pendant plus d’un siècle, le château de Pommery fut la résidence de la famille Joly de Bammeville.

Pierre Joly fait construire le château neuf, (photo ci-contre) laissant l’ancienne habitation de la famille de Sons.  Il aime à y vivre entouré de sa famille. 

Sous la terreur, alors que leur fils est emprisonné à Paris, les parents Joly sont simplement gardés à vue dans leur propriété. C’est là qu’ils termineront leurs jours.

Le cimetière particulier de Pommery fut aménagé pour eux, et plusieurs de leurs  descendants y furent inhumés,  dans de beaux tombeaux qui existent toujours.

Le second propriétaire, Samuel Joly de Bammeville, est le futur Maire de Saint-quentin, puis le  domaine est légué à son second fils, Jules Joly, manufacturier à Saint-Quentin (photo ci-contre).

Jules s’occupe beaucoup de Pommery auquel il semble très attaché. Veuf dès 1830 avec trois enfants, il se remarie à Clémence de Neuflize, dont il aura encore une fille, la future Madame André, femme du banquier parisien, donatrice de la moitié du  domaine. Jules Joly décède le 11 avril 1870.

Son testament, rédigé cinq ans avant sa mort nous le montre comme un homme de cœur.

Outre des legs au consistoire de Saint-Quentin et à l’Hôtel-Dieu, ainsi qu’aux pauvres d’Etreillers, il donne une année de leurs gages à tous ses domestiques, et six mois aux employés de la ferme et du jardin de Pommery. Il pensionne depuis plusieurs années un homme blessé dans Paris par son cocher,  et nourrit deux enfants pauvres d’Etreillers.

En 1889, Eric Joly de Bammeville et son épouse auraient commencé à accueillir des indigents au soir de leur vie, ils leur donnent asile. C’est aussi l’année où cesse l’exploitation des manufactures des frères Joly de Bammeville.

En mai 1894 fut créé un asile de vieillards, les Joly prenant tous les frais à leur charge pour une  douzaine de personnes âgées jusqu’en 1917.

Le 22 février 1914, les Joly, auteurs de bien d’autres fondations charitables, lèguent leur château et leur domaine avec tout ce qu’il contient, à l’Association de Bienfaisance des Protestants de Saint-Quentin, à charge d’entretenir le cimetière familial et de poursuivre l'accueil des plus démunis.

Le 30  août 1917, la propriété est occupée puis le château détruit par les troupes allemandes de passage.

En 1922 , on commence la reconstruction sous la direction du Comité de Bienfaisance.

Le 25 octobre, est posée la première pierre du nouvel Asile (photo ci-contre) qui prendra le nom d’Asile Joly de Bammeville-André. C’est beaucoup plus tard, que l’établissement prendra le nom de Maison de POMMERY, Fondation Joly de Bammeville.

 D'après les recherches de Madame Monique Séverin, historienne.

 

En 2007, l'Entraide protestante de Saint Quentin obtient l'autorisation d'effectuer d'importants travaux de rénovation et d'extension de la maison portant sa capacité d'accueil de 38 à 68 résidents.  

Grâce à d'importantes subventions de l'Etat, du Conseil Général, des Caisses de retraite, à un prêt de 4 800 000 € de la Caisse des dépôts et des prêts à taux 0 de la CNAV-CRAM...

Les travaux débutent en fin 2008 pour s'achever en début 2011.

En août 2011, l'ABPP-Entraide protestante de Saint-Quentin donne tout son patrimoine à l'Assocation protestante bien implantée en Picardie : l'Abej-Coquerel.

A partir de février 2016, la Maison de Pommery est gérée par la Fondation des Diaconesses de Reuilly après sa fusion avec l'Abej-Coquerel.